Entrepreneuriat au féminin, ces femmes aux parcours étonnants !

Inspiration et admiration pour ces quatre Girl Boss n'ayant pas froid aux yeux et ne désespérant devant rien, elles nous racontent leurs cheminements souvent semés d'embûches mais y ressortent toutes vainqueurs. Des parcours certes différents mais rejoignant la même finalité : le combat des femmes dans la société. Zoom sur la seconde partie de cette belle soirée sous le signe de la féminité...

Des femmes exceptionnelles
Ces wonder girls qui ont su se démarquer...
Une soirée entièrement Girl Power qui nous ouvre les yeux sur la réalité des choses lorsque l'on est une femme, que l'on veut créer son empire ou vivre tout simplement avec ses droits et ses valeurs. Peut-on en tant que femme gérer sa propre entreprise ? Comment surmonter les préjugés dans la société ? Quel est le rapport à la féminité dans le monde actuel nous entourant ? Tant de questions que l'on se pose et qui nous empêche peut-être de nous lancer et d'aller voir plus loin que ce que la société nous projette. Cette deuxième partie de la soirée met à l'honneur deux supers nanas qui cassent les codes d'un idéal et de "pseudos normes" qui nous sont inculqués depuis l'enfance...

Lieu de changement et de transition, Senso Muta est l'endroit adéquat crée par Stéphanie de Tourris pour nous inspirer au quotidien à travers différentes thématiques et ateliers. Un centre dédié à la découverte de soi et surtout au partage...

Daphné Charveriat
Daphné Charveriat, une féministe pleine de contradictions qui aime les hommes et alors ?
Toute femme parfaite n'existe pas et c'est ce que nous démontre Daphné Charveriat, une femme débordante d'énergie, de féminisme et un brin teintée d'excentricité. À travers un one-woman-show elle nous déculpabilise et nous fait ouvrir les yeux sur la vraie réalité. Une personnalité aux multiples facettes qui lui va comme un gant en tant que maman, cheffe d'entreprise à la tête de Smack Coworking... et féministe ! Accompagné d'un crick de voiture, Daphné nous raconte sa mésaventure avec sa panne de voiture, elle qui croit fort en la vie et féministe engagée se retrouve face à la réalité de devoir se débrouiller toute seule. Il y a les femmes, les hommes, puis les féministes qu'elle est, mais qui peut passer des heures à choisir son vernis... Et alors, où est le problème ? On peut être féministe et être pleine de contradictions mais c'est ok ! Plusieurs questions trottent dans la tête de DaphnéC'est quoi le féminisme ? Est-ce que j'ai jamais été féministe ? Je le suis ? Ça veut dire quoi ce mot ? C'est un truc cool qui passe partout dans les dîners ? Non Daphné n'est pas une "meuf" qui va castrer les hommes ou montrer sa poitrine dans les 2 minutes chrono qui suit son discours. Pourtant bien que le féminisme a cette image et ce stéréotype de femme castratrice, Daphné nous montre et aimerai bien qu'en 2018 nous soyons tous hyper fiers, femme autant qu'homme d'être féministe. Ce mot qui existe depuis une cinquantaine d'années a toujours cette connotation péjorative car la société actuelle a encore ce problème de sémantique. On se sent féministe pour faire avancer cette condition qui, la plupart du temps est affichée comme cliché voire même catégorisée, c'est pourtant bien dommage. Alors certes il y aura toujours des extrêmes, de femmes agressives à des femmes plus jeunes qui vivent le féminisme dans un monde totalement utopique sans distinction de genre (et ça serait bien). 

Aujourd'hui, nous sommes à la croisée des chemins et il faut faire un point de route sur le féminisme de nos jours. Quel est mon féminisme maintenant ? Selon Daphné, c'est comme la religion, il y a les pratiquants, les radicaux et ceux qui s'arrangent un peu avec. Daphné reprend un exemple hilarant afin de mieux comprendre la philosophie de son féminisme. Imaginons que vous êtes végétariens et que vous êtes invité par des amis à une crémaillère où le repas est un méchoui, vous y faite honneur. Le féminisme c'est un peu cela pour elle avec une multitude de contradictions, d'oppositions, de caricatures avec quoi on se torture l'esprit. Elle a donc trouvé une solution pour son repas d'amis être flexivore, autrement-dit, être flexible avec le féminisme... Alors quand Daphné répond à la question de : C'est quoi être une femme en 2018 ? Elle nous répond avec une citation d'Oscar Wilde :


Soyez vous-même, tous les autres sont déjà pris

Daphné, c'est une quadra bien dans ses bottes, une Working Girl accomplie ayant travaillé avec les plus grands tels que My Little Paris ou encore L'Oréal ; souhaitant que le féminisme ne soit pas qu'un discours de victime mais, que chacun d'entre-nous en tant qu'être humain casse les barrières du conditionnement et des genres pour mieux vivre ensemble. Elle est flexible, pas souple tout en jouant avec sa conscience sans faire de mal à personne. La féministe de 2018, ce n'est plus l'anti-princesse au contraire comme elle le dit, c'est une princesse libre de choisir son job et qui s'assume (ou pas si elle a la flemme ^^). Elle a le droit de faire ce qu'elle veut et qu'un homme prenne soin d'elle car c'est une petite chose fragile... Daphné féministe, a donc le droit d'être contre le mariage et de baver devant une robe de mariée, d'être indépendante et d'avoir un homme sur qui elle peut compter ou encore de s'occuper de ses enfants et de privilégier sa carrière. Comme elle le dit si bien, c'est à nous d'éduquer nos garçons, de prendre la responsabilité de leurs redonner l'espace d'existence avec leurs exigences de "mâles". Le féminisme c'est selon elle tout un concept : il a des féministes du dimanche avec leurs luttes joyeuses et les néo-féministes pleines d’optimismes pratiquant le féminisme à leurs façons, mais soyons d'accord, il n'existe pas vraiment de définitions propres à ce mouvement. Cependant, une chose est sûre, c'est que je dis oui au Fleximinisme, sa version propre du féminisme, libre et fidèle à soi-même !

Rosa Aguilera
Rosa Aguilera nous surprend dans son univers créatif
Rosa, c'est un nez rouge, une robe rouge et une histoire des plus particulières pour cette jolie femme artiste du mouvement depuis 2000 et prof de yoga depuis 2005 qui enseigna en Amérique latine puis en Afrique. Un parcours des plus vertigineux pour cette merveilleuse femme qui parle sept langues et en enseigne quatre. Maman de deux enfants, mariée puis professionnelle... Vêtue d'une robe rouge qui a une image saine afin d'assumer le fait qu'elle soit professionnelle depuis 14 ans, elle va nous raconter son parcours parfois chaotique, parfois lumineux. Connaissez-vous chitta ? Chitta c'est cette pensée, cette conscience, une petite voix qui nous guide et sur lesquelles on se centre pour faire certaines choses ou non, se questionner ou prendre des décisions. C'est chitta qui nous fait aussi subir des préjugés comme le "je suis trop vieille", "trop petite" ou "trop grosse" et qui fait que l'on se dénigre, s'auto-sabote. Mais au fond on est pas si mal que ça même si nous avons ce conflit interne, cette dissonance cognitive qui nous submerge tous les jours comme l'explique Rosa : il faut aller vers l'acceptation de soi et stopper les pseudos étiquettes nous collant à la peau. Rosa connaît le monde du cirque et du théâtre depuis son adolescence où elle travaillait avec des techniciens. Le drame arriva lorsqu'elle subit un acte des plus effroyable par son petit ami, à cette époque et en Espagne cet outrage n'était pas perçu comme tel. Elle ne savait pas que c'était condamné dans certains pays et en fin de compte cette agression n'était rien comparé à ce qu'elle connaissait habituellement avec son entourage familial. Arrivée à l'École du Théâtre, elle fit la rencontre avec un objet des plus insolites : un nez rouge de clown. Cette rencontre avec cet objet l'a vraiment sauvé, c'était ce masque qui lui a permis d'accepter des choses inacceptables et d'aller surtout de l'avant. 

Après des péripéties en tant que professionnelle et travaillant dans l'univers du spectacle, elle reçut une bourse pour aller faire ses études à Nantes pour prendre des cours d'anthropologie lorsqu'elle avait 24 ans. Une rupture douloureuse après 17 ans d'histoire commune et un accident vient la frapper en brisant tout son côté droit avec une multitude de fractures. Cela lui a causé notamment beaucoup de fractures émotionnelles qui lui a brisé sa carrière en tant qu'artiste et danseuse. Un coup dur pour elle qui n'envisageait en aucun cas cette période dramatique, elle partit de Nantes avec une prothèse. C'est aussi à cet instant en 2005 qu'elle connaîtra le yoga, un monde à part où les personnes parlaient de façon "chelou" lors de session yoga. Tenues inconfortable pour sa prothèse, positions douloureuses et dialogues incompréhensibles avec les personnes de cette formation de yoga, Rosa a continué malgré tout. Dans cet enseignement du yoga où il y avait quatre personne, une de ces personnes lui dit qu'elle pourra se remettre de son accident. Là où tout espoir était perdu et des rêves inaccomplis avec le sombre retour à la réalité, elle persévéra dans son combat. Elle utilisa donc ses propres drames afin d'aider les autres, c'est devenu une force inestimable pour lutter au quotidien. Enfance douloureuse, entourage toxique malgré cela Rosa a su se redresser et relever un défi : le chemin sinueux de la vie ! C'est avec toute transparence et spontanéité qu'elle se confie à nous. Ce n'est pas grave si l'on ne rentre pas dans les cases, l'essentiel c'est d'être soi-même en tant que femme. On se conforme encore beaucoup trop à des normes et pourtant notre entourage nous aime comme l'on est même si les gens et/ou nous-même avons des failles. Il faut anéantir cette armure qui nous protège excessivement et qui a un vrai pouvoir libérateur une fois cassée. Par exemple en amour, souvent on a le cœur brisé mais cela nous permet de s'ouvrir davantage. Comme Rosa le dit, être capable de se soigner émotionnellement, c'est apprendre et être en capacité à recevoir. Et c'est en consacrant du temps aux autres que l'on se soigne également. En étant soi-même, authentique, le pouvoir de l'attraction s'opère sur autrui, on a des relations magiques avec des personnes formidables. Si l'on ne fait pas le chemin de libération, on passe à côté de quelques chose d'unique dans sa vie...

Je remercie infiniment et de nouveau Stéphanie de Tourris pour cette soirée à la rencontre de femmes extraordinaires, de parcours authentiques et de témoignages exceptionnels. Un événement où les barrières s'abaissent envers les uns et les autres autant à travers le one-woman-show de Daphné sur la question du féminisme actuel qu'à travers un atelier lâcher-prise avec Rosa. Des univers différents mais une volonté commune de faire bouger les choses en tant que femme, être-humain et surtout être dans l'acceptation de soi. Une notion souvent négligée par chacun d'entre-nous alors que nous sommes toutes et tous des personnes formidables quelque soit notre cheminement...



Et vous, comment percevez-vous le féminisme ?


Que pensez-vous de ces parcours insolites de ces femmes extraordinaires ?





Laisser un Sweet Commentaire:

© 2017 MilkyAway - Tout Droits Réservés.. Fourni par Blogger.